• Employé

     

    Derrière son guichet, protégé de la lumière des autres mais entouré de leurs bruits mêlés, il rangeait avec toute la lenteur possible - lenteur qui devait demeurer compatible avec l'attente impatiente d'une file d'hommes et de femmes de tous âges - il rangeait le billet que son dernier client lui avait rempli pour retirer une petite somme de son compte, à moins que ce ne soit pour l'y déposer.

    Il savait depuis longtemps éviter le regard de celui qui tentait de manifester sa présence - celui à qui c'était enfin le tour et qui se sentait oublié -  ses yeux passaient du billet au tiroir, puis du tampon à l'endroit où il convenait de le ranger pour qu'il se repose quelques secondes, puis encore, après avoir tourné la tête quelques instants vers les bureaux situés derrière lui, comme si quelqu'un lui avait adressé une demande ou fait une recommandation, il posait son regard sur ses mains qu'il défatiguait d'un geste précis en en croisant les doigts d'une main sur l'autre tout en écartant fortement mais sans vigueur excessive, ses bras, les coudes vers l'avant, dans une sorte de contre-prière .

    Alors il levait les yeux vers celui ou celle qui attendait son bon vouloir et, semblant  le ou la découvrir, lui adressait la parole sur un mode qui, depuis des années n'avait varié ni d'un mot ni d'une intonation.

    Ce jour là, lorsqu'il parvint à la dernière étape de son rituel d'évitement, ses yeux virent un espace inhabituel devant la personne qui se trouvait face au guichet.
    Il resta un instant sans rien dire, profitant de cette incongruité pour gagner encore quelques secondes de néant.
    Avant qu'il n'ait pu poser la question qui s'était formé dans son esprit, une petite voix qui semblait provenir du sol, lui parvint.

    Il se leva de son fauteuil, ce qu'il n'avait jamais fait sans avoir préalablement fait exécuter un demi-tour à celui-ci celui en direction de la sortie du personnel.

    Il aperçut alors une gamine, toute petite mais dont le sourire semblait remplir le hall où tout était à présent figé.

    - Alors !? ... Tamel ! ... Tu viens ?! 

    Version du 8 octobre 2014 assises en feu  
     
    « Volte faceniño - 1 - »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Juillet 2016 à 10:16

    Dernière version 
    chez les Cosaques de JAN Doets
    (avec audio)

    https://lescosaquesdesfrontieres.com/2016/07/13/la-quittance/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :