• Fagot

     


    Si quelqu’un avait aperçu Tamel marcher sur le chemin de La Clairière Des Lignes, ce chemin droit comme l’obstination et la bêtise d’un ange, si un homme, une femme, ou même un enfant l’avait vu progresser sur ce lit de cailloux, rivière immobile, fragmentant à l’infini la lumière de la lune et des étoiles emprisonnées dans un fin brouillard d’automne, il aurait assurément pensé avoir à faire à un demeuré, un innocent.
    Et d’une certaine manière c’est ce que le jeune garçon souhaitait approcher.

    Toute la journée à écouter, à apprendre la pensée d'un autre, cassé sur une chaise impitoyable, en trois morceaux perpendiculaires, redressé sans cesse par les mots d’un maître soucieux de rectitude de l’esprit et qui, celui-ci hors d’atteinte, s’en prenait au corps, s’imaginant non sans raison que s’il pliait les chairs le reste finirait bien par suivre, la fin d’après-midi, guère plus souple, consacrée aux devoirs, ceux de l’école et ceux du logis, ponctuée des « tiens-toi droit » d’une mère attentive et des conseils pour devenir un homme de son beau-père, Tamel ne parvenait pas à dormir avant de chasser un peu de ce trop plein d’ordre et de nœuds qui s’étaient logés en lui.


    S’il dansait les pieds nus sur le chemin, s’efforçant de rééquilibrer à tout instant son corps afin que l’angle d’un caillou ne lui entaille pas la plante du pied, s’il rompait sans cesse l’amorce d’un rythme dès qu’il sentait sa présence s’installer, si même il tournait la tête en tous sens, mélangeant en son regard le ciel, la terre, les feuillages et l’obscurité en aplats dans les interstices, c’est parce qu’il ressentait comme impérieux le besoin d’assouplir jusqu’à ses os.

     

    Au retour, ayant extirpé de ses chairs autant que de ses pensées, les crispations si utiles aux armées de toutes sortes, mais qui font les vieillards avant l’heure, Tamel acceptait alors de confier son corps à cette direction mouvante qui, modelant elle aussi l’âme de tout rêveur en un pli régulier, va du levant au couchant.

     
     
    « Transparence blancheL'eau d'Uddiivin -1-conduite »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :