• Temps d'avant -- 4 --

     

    4

     

    Sur un rocher, à l’adret de la montagne, une grive se pose et, trahissant tous les goûts alimentaires des oiseaux de son espèce, picore goulument la chair d'un lichen plus que centenaire .

    Au même instant à l’ubac, une grenouille, croyant attraper un insecte, gobe l’ultime cendre d’une étoile filante, refroidie par une chute de la moitié du ciel.

    Au domicile d’Asselpa un homme jeta sur la table de la cuisine les dépouilles de deux animaux fraîchement occis.

    -         Tiens ! C’est tout ce que j’ai trouvé, mais cela devrait suffire à calmer ses envies – dit l’homme en caressant le ventre de sa compagne – à trois semaines il n’a pas encore la taille du plus petit de ces deux là.

    La nuit était tombée sur le village, Asselpa sentait en elle une douce chaleur, devinait une rencontre.

    « Et les anges du ciel virent les compagnes des hommes, les trouvèrent belles et les aimèrent ».


     

    « RéMi »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    T.
    Jeudi 10 Mai 2012 à 21:58

    On aimerait rester au temps d'avant. Sans chute ni punition. Garder en soi la chaleur de l'étrangeté.
    Pourquoi faut-il que tout présage toujours d'une fin malheureuse? Cycles?

    2
    Aunryz Profil de Aunryz
    Jeudi 10 Mai 2012 à 22:48

    La fin n'est pas malheureuse
    elle est fin.

    Mais chaque instant est éternel
    profitons en (sourire)²

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :