• Tentation

     


    D’ici quelques secondes, une minute tout au plus, le soleil se lèverait et tous, animaux, végétaux ainsi que ces être si lents qu’ils sont souvent, à tort, exclus du nombre des vivants, et jusqu’à l’ensemble flou, désordonné et pourtant absolument harmonieux qu’ils formaient ensemble et que l’œil plat nomme parfois "paysage", tous retenaient une petite partie de leur souffle, de leur regard, de leur vie, aux portes de l’instant.

    Pas un cri d’oiseau, ni le moindre mouvement perceptible dans les feuillages.
    Quant aux pierres, plus que jamais leur course s’était figée au creux de l’instant.

    Le premier rayon de lumière tardait à venir.

    Même le coq qui, comme toujours, avait anticipé du jour nouveau à plusieurs reprises, s’était tu.

    La tentation était forte de demeurer confortablement lové dans cette goutte d’éternité, cette plénitude tissée d’aventures derrière soi et devant, à quelques lieues à peine, la chaude présence d’êtres aimés, dont plusieurs rayonnaient si fort l’attente sereine qu’ ici même, elle était déjà perceptible.

    Oui, la tentation était forte pour Tamel de terminer là son chemin, conservant la forme d’un rocher, d’un demi-dieu, au lieu de retourner prendre sa place dans le village des Hules.

     

    Silence de mots, de gestes, de pensées
    lorsque la goutte d'eau s'arrête de tomber
    et qu'oubliant l'instant où l'a conduit son pas
    le dieu se réfugie en l'éternel trépas.

     

    « En fuite à la lisière du possible _16_En fuite ... possible ____________________________17 »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Janvier 2012 à 20:17

    aux portes de l'instant, nulle envie de franchir le seuil, se tenir là devant ce qui s'ouvre...

    2
    Aunryz Profil de Aunryz
    Mercredi 25 Janvier 2012 à 20:36

    Le seuil est un lieu privilégié. Celui de l'entre deux.
    Ni passé, ni futur, l'instant présent qui dure
    jusqu'à être éternel.

    Oui
    la tentation est grande
    certains suicides sont peut-être de cette nature ... ?

    3
    Mercredi 25 Janvier 2012 à 20:41

    ... le suicide comme la tentation d'un franchissement, oui, mais alors on n'est plus dans l'entre deux et tout se ferme... 

    4
    Aunryz Profil de Aunryz
    Mercredi 25 Janvier 2012 à 20:58

    J'ai hésité à écrire "sont de cette nature ...dans une intention piégée par une erreur"

    Dans ce type de "départ" il y a bien sur
    comme vous le suggérez
    un écart entre le projet et ce qui se (dé)réalise.

    Ne pas aller plus loin, s'immobiliser
    est-ce vraiment possible de cette manière ?

    Il y a un beau poème de Borgès
    à propos de l'ultime seconde qui est
    paradis pour les uns enfers pour les autres
    Comment le suicide pourrait-il être suffisamment "serein"
    pour éviter l'enfer ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :